Comment utiliser TIMUL en classe ?

vue éclatée jeu de cartes timul azawak editions

Pour optimiser un maximum l’apprentissage des tables de multiplication avec vos élèves, vous avez fait ou pensez au fait d’utiliser TIMUL dans votre classe et vous avez raison !

Afin de vous donner les meilleurs résultats possibles, vous pouvez prendre exemple sur les retours d’expériences d’autres écoles. Nous vous expliquons les pratiques ci-dessous.

TIMUL = 3 types de cartes – les histoires, la table des neuf avec la méthode des mains “ver de terre”, les tables dites difficiles au-dessus du 5×5 avec la méthode des mains “papillon” ; c’est aussi des images, des textes, des vidéos.

Avant toutes choses il faut expliquer à l’élève ce qu’est une multiplication ; on aime l’expression :

“TGV de l’addition”

On explique aussi la commutativité et on est heureux de savoir qu’en plaçant le plus petit chiffre en premier pour toutes les multiplications demandées on obtiendra le même résultat. Il suffit maintenant de retenir uniquement la moitié de nos tables pour les connaître toutes. Ex : 6×3 = 3×6

Interview Directeur et Professeur d'Ecole sur l'utilisation de Timul en Classe

main enfant timul recherche carte

Fais ouvrir le paquet TIMUL à l’élève et demande-lui de sortir la carte correspondante à la multiplication que l’on souhaite lui faire retenir.

Ex : “Merci de sortir l’histoire du Magicien” qui correspond à la table de multiplication par zéro / “Merci de sortir l’histoire de l’Œuf ” qui correspond à la multiplication 3×3

 

Variante : C’est l’enfant qui choisit une carte histoire à retenir

NDLR : C’est à l’élève d’ouvrir son paquet pour qu’il s’approprie un maximum les histoires – Le toucher est important

conte azawak timul

Une fois que la carte est en main on lui raconte l’histoire de la carte d’une manière plus longue que ce qui est inscrit sur la carte pour poser le décor et construire son image mentale. Vous pouvez vous inspirer du conte Timul qui imbrique toutes les multiplications ensemble pour avoir qu’une seule histoire.

=> C’est important que l’enfant ait la carte en main lorsque l’histoire est racontée pour qu’il puisse associer l’image de la carte à l’histoire

Ensuite regarde la vidéo téléchargeable via le QR code au dos des cartes.
=> les images en mouvement ainsi que la voix des vidéos sollicitent différentes mémoires et permettent de retenir plus facilement encore les histoires = multiplications

Demande tout de suite après à l’élève le résultat de la multiplication que vous venez de voir en donnant le mot-clé (le titre) si nécessaire.

Ex : Combien font 3×3 ? ou raconte-moi l’histoire de l’Œuf ?

balance-azawak

Une fois l’histoire intégrée on range la carte dans un autre étui.

Ainsi on se rend compte de l’avancement de l’apprentissage et du parcours effectué.

=> L’idée est de reconstruire son propre paquet de cartes. A la fin de l’apprentissage l’élève gardera l’ensemble des histoires qu’il se sera approprié afin de conserver ce lien “affective” qu’il aura construit avec les cartes.

On s’entraîne en classe ou à la maison aux grilles à trou Chifukoo-multi ou Chifukoo-add etc.
Ces grilles sont ludiques (Ne te fais pas rattraper par l’Ogre !), auto-correctives, incitatives (établissement de records) et disponibles sur demande dans notre espace dédié aux écoles.

Récapitulatif :

  • 1 on fait prendre une carte à l’élève
  • 2 on raconte l’histoire associée en version longue et on fait lire le résumé sur la carte
  • 3 on regarde la vidéo associée
  • 4 on range la carte dans un autre étui
  • 5 on passe à une autre histoire le jour d’après en rappelant l’histoire précédente
  • 6 on s’entraîne avec les grilles à trou auto-correctives Chifukoo-add, Chifukoo-multi
  • 7 on reconstruit son propre paquet de cartes

En 20 jours on retient l’ensemble des multiplications – 18 histoires et 2 méthodes avec les mains !